Un projet singulier

Fonctionnement

Le MAT – Centre d’art contemporain du Pays d’Ancenis est né de la fusion, en janvier 2020, de deux lieux d’exposition : la Chapelle des Ursulines à Ancenis-Saint-Géréon et le Centre d’art contemporain de Montrelais. Ces deux espaces patrimoniaux dédiés aux expositions, sont situés à 20 km l’un de l’autre et possèdent des caractéristiques très spécifiques et complémentaires. Tous deux s’inscrivent dans un territoire à forte identité historique, économique et touristique, et sont liés par un élément naturel fort : la Loire. L’activité du MAT est rythmée par trois expositions par an dans chacun de ces deux lieux ainsi que l’accueil d’artistes en résidence, l’organisation d’ateliers réguliers, de stages, de rencontres et conférences.

Montrelais Ancenis Territoire

L’association Le MAT (Montrelais Ancenis Territoire) a pour objectifs de promouvoir l’art contemporain en Pays d’Ancenis, d’encourager la création en menant une politique active d’aide aux artistes, de tisser des liens entre artistes et publics et d’encourager les pratiques artistiques amateurs. Elle est portée par ses adhérents, administrée par un conseil d’administration et représentée par une présidence collégiale. Le projet est mis en œuvre par les trois salariés de l’association : Isabelle Tellier (directrice), Antoine Dalègre et Jennifer Gobert (médiateur·rices).

Les partenaires de cette aventure associative sont les communes d’Ancenis-Saint-Géréon, de Montrelais, de Loireauxence, la COMPA, le Département Loire-Atlantique, la Drac Pays de la Loire et la Région Pays de la Loire.

Téléchargements :

1/4

Vue de l'exposition Après Monet au MAT Ancenis-Saint-Géréon, 2022, en partenariat avec le FRAC des Pays de la Loire. Photo : Fanny Trichet

2/4

Vue de l'exposition Réverso de Seulgi Lee et Julien Rodriguez au MAT Montrelais, 2021. Photo : Germain Herriau

3/4

Vue de l'exposition Format papier au MAT Ancenis-Saint-Géréon, 2022. Photo : Grégory Valton

4/4

Vue de l'exposition Cueillir les songes, les yeux ouverts du collectif Belle de Nuit au MAT Montrelais, 2021. Photo : Victor Tetaz